Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Les inondations

 

MINUIT 30. LA FAMILLE EST AU LIT.

TOUT À COUP, UN BRUIT SOURD VOUS RÉVEILLE. QUELQUES SECONDES PLUS TARD, L’EAU ARRIVE EN TROMBE ET INONDE VOTRE SOUS-SOL. EN MOINS DE DEUX HEURES, LE NIVEAU D’EAU ATTEINT 30 CM.

 

Pourquoi ça inonde? Est-ce à cause :

  • des pluies diluviennes et des forts vents qui ont fait déborder la rivière de votre voisinage ?
  • de la fonte des neiges ou de la formation d’embâcles qui a fait gonfler le cours d’eau serpentant pas très loin derrière votre maison ?
  • d’un barrage qui a cédé ?

Toutes ces circonstances ont pu provoquer une inondation, car elles ont un effet direct sur les niveaux et les débits des cours d’eau.

Parlez-en aux citoyens de Saint-Jean-sur-Richelieu qui, au printemps 2011, ont vécu le débordement de la rivière Richelieu. Ou encore aux citoyens de la Gaspésie et de la Côte-Nord, victimes des grandes marées de décembre 2010 ou à ceux de Rivière-au-Renard, qui ont vu leurs maisons envahies par l’eau lors des inondations d’août 2007.

Les inondations constituent le sinistre naturel le plus répandu, le plus dévastateur et le plus coûteux au Québec. Elles peuvent survenir en toute saison.

 

Et si ça arrivait près de chez vous ?

pdfConsulter le PDF concernant la prévention pour les inondations(457.17 Ko)

pdfFeuillet inondations et déferlement de vagues Sécurité civile du Québec513.93 Ko

pdfFeuillet réintégration du domicile après une inondation Sécurité civile du Québec374.51 Ko

Les vents violents

18 H. VOUS PRENEZ UN APÉRO DEHORS APRÈS UNE BONNE JOURNÉE DE TRAVAIL.

TOUT À COUP LE CIEL S’ASSOMBRIT, LE VENT SE LÈVE, LES ÉCLAIRS ET LES COUPS DE TONNERRE SE RAPPROCHENT. VOTRE PETIT DOIGT VOUS DIT QUE DES FORTES PLUIES ET DE FORTS VENTS NE SAURONT TARDER. VOUS RETOURNEZ RAPIDEMENT À LA MAISON, SENTANT LE DANGER SE POINTER À L’HORIZON. QUELQUES MINUTES PLUS TARD, MÊME LES GRÊLONS SE METTENT DE LA PARTIE.

 

De plus en plus d’épisodes de vents violents sont recensés au Québec, comme des orages accompagnés de vents puissants. On en dénombre plus d’une centaine par été, surtout dans la grande région de Montréal. Quant aux tornades, habituellement rares au Québec, elles ont frappé récemment quelques régions.

 

Et si ça arrivait près de chez vous ?

pdfConsulter le PDF de prévention pour les vents violents(699.77 Ko)

Les coups de chaleur

 

TRAVAILLER À LA CHALEUR... ATTENTION !
CA PEUT ÊTRE DANGEREUX !


Nous pouvons tous éprouver des problèmes de santé quand survient la saison chaude et plus particulièrement durant une canicule. La chaleur des premiers jours est plus difficile à supporter parce que notre corps a besoin de temps pour s’y habituer. C’est ce qu’on appelle s’acclimater.

Pour les travailleurs, la situation est encore plus difficile. Dans certaines conditions, ils risquent de subir un coup de chaleur mortel.

 

On peut prévenir les coups de chaleur !

Le guide ci-dessous contient un outil qui permet d’évaluer le risque auquel les travailleurs sont exposés lorsqu’ils travaillent à la chaleur. Il propose ensuite une série de mesures à appliquer pour prévenir les coups de chaleur selon le niveau de risque obtenu.
Il traite également des mesures à prendre si un travailleur présente des symptômes ou un des signes de malaises causés par la chaleur.

 

pdfConsulter le PDF de prévention sur les coups de chaleur(6.70 Mo)

Les tremblements de terre

 

13 H 41. VOUS ÊTES AU BUREAU EN PLEINE SÉANCE DE TRAVAIL AVEC DES COLLÈGUES.

TOUT À COUP, VOUS ENTENDEZ UN BRUIT SOURD, SUIVI D’UNE VIBRATION. QUELQUES SECONDES PLUS TARD, LE PLANCHER SEMBLE FAIRE DES VAGUES. DES OBJETS TOMBENT PAR TERRE.


Vous aurez deviné qu’il s’agissait d’un tremblement de terre. Il s’en produit en moyenne plusieurs centaines par année au Québec, mais la plupart causent peu ou pas de dommages.

 


LES RÉGIONS LES PLUS À RISQUES DE SÉISMES

On dénombre trois principales zones à risques :

Charlevoix-Kamouraska : la plus active. Elle longe le fleuve Saint-Laurent, en partie dans les MRC de Charlevoix et Charlevoix-Est, sur la rive-nord, et les MRC de l’Islet et de Kamouraska, sur la rive-sud;

Ouest du Québec : de la vallée de l’Outaouais depuis Montréal jusqu’au Témiscamingue, incluant les Laurentides et l’est de l’Ontario;

Bas-Saint-Laurent : dans l’estuaire du fleuve Saint-laurent, entre la région de la côte-nord et celle du Bas-Saint-Laurent.

Occasionnellement, des tremblements de terre peuvent survenir hors de ces zones, notamment dans toute la moitié du sud du territoire du Québec comprenant le Saguenay–Lac-Saint-Jean, l’estuaire et le golfe du Saint-Laurent.

 

Des conséquences plus ou moins importantes selon la magnitude

Un tremblement de terre majeur, par exemple de magnitude 6,0 à l’échelle de Richter, peut occasionner des glissements de terrain, des incendies, des pannes de courant prolongées ou encore des inondations provoquées par l’obstruction d’un cours d’eau ou la rupture d’un barrage. Les dommages pourraient être plus importants s’il survient dans un milieu urbain densément peuplé.

 

 

Et si ça arrivait près de chez vous ?

pdfConsulter le PDF sur la prévention des tremblements de terre(193.44 Ko)

Herbes à puces et herbes à poux

Herbe a poux et puce

Accidents impliquant des matières dangeureuses

 

C’est l’heure de pointe à Montréal. Vous pestez contre la lenteur du trafic.

Mais vous n’êtes pas au bout de vos peines. Un camion-citerne qui transportait 54 000 litres d’essence s’est renversé il y a près d’une heure, déversant ainsi quelques centaines de litres d’essence. L’autoroute 40 sera fermée dans les deux directions pendant une quinzaine d’heures à cause des dangers d’incendie et d’explosion lors des opérations de nettoyage.

 


Montréal et aucune autre région du Québec ne sont à l’abri d’un accident qui pourrait survenir lors du transport de matières dangereuses par camion, train ou pipeline. Un incident peut aussi survenir dans une entreprise utilisant ou entreposant des matières dangereuses. Lors de ces accidents, le danger pour la santé ou la sécurité de la population dépend principalement de la nature et des quantités de substances transportées ou entreposées.

Dans les faits, tout le territoire habité du Québec peut être touché par un accident impliquant des matières dangereuses. Les zones industrielles des villes peuvent être aussi plus à risques, car on y trouve plusieurs sites d’entreposage de matières dangereuses ou entreprises utilisant ces matières.

 

Et si ça arrivait près de chez vous ?

pdfConsulter le PDF de prévention concernant les matières dangereuses(621.31 Ko)