Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Les tremblements de terre

 

13 H 41. VOUS ÊTES AU BUREAU EN PLEINE SÉANCE DE TRAVAIL AVEC DES COLLÈGUES.

TOUT À COUP, VOUS ENTENDEZ UN BRUIT SOURD, SUIVI D’UNE VIBRATION. QUELQUES SECONDES PLUS TARD, LE PLANCHER SEMBLE FAIRE DES VAGUES. DES OBJETS TOMBENT PAR TERRE.


Vous aurez deviné qu’il s’agissait d’un tremblement de terre. Il s’en produit en moyenne plusieurs centaines par année au Québec, mais la plupart causent peu ou pas de dommages.

 


LES RÉGIONS LES PLUS À RISQUES DE SÉISMES

On dénombre trois principales zones à risques :

Charlevoix-Kamouraska : la plus active. Elle longe le fleuve Saint-Laurent, en partie dans les MRC de Charlevoix et Charlevoix-Est, sur la rive-nord, et les MRC de l’Islet et de Kamouraska, sur la rive-sud;

Ouest du Québec : de la vallée de l’Outaouais depuis Montréal jusqu’au Témiscamingue, incluant les Laurentides et l’est de l’Ontario;

Bas-Saint-Laurent : dans l’estuaire du fleuve Saint-laurent, entre la région de la côte-nord et celle du Bas-Saint-Laurent.

Occasionnellement, des tremblements de terre peuvent survenir hors de ces zones, notamment dans toute la moitié du sud du territoire du Québec comprenant le Saguenay–Lac-Saint-Jean, l’estuaire et le golfe du Saint-Laurent.

 

Des conséquences plus ou moins importantes selon la magnitude

Un tremblement de terre majeur, par exemple de magnitude 6,0 à l’échelle de Richter, peut occasionner des glissements de terrain, des incendies, des pannes de courant prolongées ou encore des inondations provoquées par l’obstruction d’un cours d’eau ou la rupture d’un barrage. Les dommages pourraient être plus importants s’il survient dans un milieu urbain densément peuplé.

 

 

Et si ça arrivait près de chez vous ?

pdfConsulter le PDF sur la prévention des tremblements de terre(193.44 Ko)