INCENDIES

Depuis 1990, la municipalité de Brébeuf est desservie par le service de sécurité incendie de Mont-Tremblant via une entente intermunicipale. Vous pouvez obtenir de l'information détaillée sur ce service en visitant le site Internet de la ville de Mont-Tremblant :
http://www.villedemont-tremblant.qc.ca/servicesMunicipaux.php

Pour tous renseignements, n'hésitez pas à communiquer avec le service de sécurité incendie de Mont-Tremblant en composant le 819-425-8614, poste 2800.

FAUSSE ALARME

Une fausse alarme occasionne le déplacement inutile des pompiers, ce qui a pour effet:

  • De couter cher à la municipalité et aux contribuables environ entre 600$ et 900$ à chaque fois compte tenu des effectifs (6 à 7 pompiers) qu'elle concentre;
  • De monopoliser les pompiers loin des urgences véritables pouvant ainsi compromettre la sécurité des citoyens;
  • D'entraîner les intervenants d'urgence à exposer leur vie et celle de leurs concitoyens au danger lors de leurs déplacements.

Ëtre consciencieux et prudent évite bien des fausses alarmes.

C'est la responsabilité de chacun d'en réduire le nombre!

FEUX EN PLEIN AIR

Avant d'allumer un feu à ciel ouvert entre le 15 mars et le 30 novembre, vous devez au préalable obtenir un permis de brûlage (gratuit) auprès du secrétariat municipal de Brébeuf. Vous devez toujours avoir une personne responsable sur les lieux et prévoir des commodités d'extinction du feu à tout instant.

pdfPDF du règlement 188-99(16.12 Ko)

VISITES DE PRÉVENTION

Dans le cadre du schéma de couverture de risques et du plan de mise en œuvre de la MRC des Laurentides, l'objectif numéro 1 du ministre est la prévention. Afin de pouvoir rencontrer cet objectif, le Service de sécurité incendie de Mont-Tremblant procède à des visites de prévention auprès des résidents et des commerces afin de faire des recommandations et d'effectuer une collecte de données pour recenser les risques potentiels de chaque résidence et de chaque commerce du territoire dans le but de faciliter le travail des équipes d'intervention en cas d'alerte grâce à une meilleure connaissance du milieu.

Le propriétaire ou le locataire doit prévoir entre 15 et 30 minutes lors de ces visites.

Pendant la visite résidentielle, le Service de sécurité incendie vérifiera surtout les avertisseurs de fumée et de monoxyde de carbone, les extincteurs portatifs, les systèmes de chauffage, les installations électriques, la présence de matières dangereuses, et divers risques reliés à la sécurité incendie.

Si vous êtes absent lors de la visite du pompier, un accroche-porte sera laissé et il vous suffira de communiquer avec ce service pour prendre un rendez-vous.

Il est à noter que les membres de l'équipe de pompiers seront vêtus de leur uniforme et auront une carte d'identité du Service de sécurité incendie de Mont-Tremblant.

 

 

CONSEILS DE SÉCURITÉ

Avertisseur de fumée

Il est obligatoire d'installer des avertisseurs de fumée à chaque étage, incluant les sous-sols et de s'assurer de leur bon fonctionnement en tout temps. Les avertisseurs de fumée doivent être installés entre les chambres et le reste de l'étage ou dans le corridor. Il est recommandé de changer les piles tous les six mois. Vous pouvez, par exemple, associer le changement d'heure au remplacement de la pile de votre avertisseur de fumée.

pdfPDF du Règlement 93-86(17.21 Ko)

 

Extincteur portatif

Tout occupant devrait être équipé d'un extincteur portatif et en connaître le fonctionnement afin d'être en mesure de contrôler un début d'incendie.

  • Procurez-vous un extincteur portatif ABC de 5 livres (minimum 2A 10 BC)
  • Installez l'extincteur dans un endroit sécuritaire, accessible et éloigné des risques d'incendie
  • Utilisez-le seulement si
  • Le feu est minime
  • Les autres occupants ont été alertés
  • Tous les occupants ont quitté
  • Le 9-1-1 a été appelé
  • Vous êtes placé entre le feu et la sortie
  • Vous connaissez les capacités de l'extincteur
  • Faites remplir l'extincteur portatif après l'avoir utilisé, même quelques secondes
  • Faites remplir votre extincteur tous les 6 ans

Source : Site Internet de la Ville de Montréal

 

Feux de cuisson

La majorité des incendies causés par des appareils de cuisson sont occasionnés par la friture d'aliments.

Attention :

  • Ne faites jamais cuire d'aliments sans surveillance

Précautions :

  • Utilisez une friteuse homologuée CSA, munie d'un thermostat
  • En cas de feu dans un récipient, couvrez-le avec un couvercle approprié et coupez l'alimentation de l'élément. Ne pas arroser avec de l'eau
  • Utilisez l'élément dont le diamètre est similaire à celui du récipient
  • Orientez les poignées des chaudrons vers l'intérieur de la cuisinière

Source : Site Internet de la Ville de Montréal

 

Froid intense

Assurez-vous de ne pas surcharger les circuits électriques avec des chaufferettes et des radiateurs portatifs, et ne laissez pas ces appareils sans surveillance. Si vous devez utiliser une rallonge électrique, assurez-vous de sa capacité de résister à la charge en comparant la puissance électrique indiquée sur le fil ou sur la prise femelle avec la plaque signalétique de l'appareil. Ainsi, elle ne risquera pas de surchauffer et de causer un incendie.

Un fusible (celui que l'on visse au panneau électrique) qui grille signifie généralement qu'il y a une surcharge de courant électrique. Dans ce cas, ne remplacez jamais ce fusible par un autre d'intensité plus forte. Il suffit de brancher certains appareils qui consomment beaucoup d'électricité sur d'autres prises afin de bien répartir la charge. Demandez l'avis d'un électricien, si nécessaire, afin de réduire les risques d'incendie.
Dégagez les plinthes électriques de tout matériau combustible (30 cm minimum) comme des meubles et des rideaux les recouvrant jusqu'au plancher. N'utilisez jamais les plinthes pour faire sécher des vêtements.
Si vous avez un foyer ou un poêle à bois, faites ramoner la cheminée au moins une fois par année, ou plus souvent, selon votre consommation de bois.

Si une panne électrique survient, n'utilisez jamais des appareils de chauffage conçus pour le camping. Ceux-ci demandent une bonne ventilation et représentent un haut risque d'intoxication au monoxyde de carbone à l'intérieur de la maison. Ne laissez jamais une chandelle sans surveillance, ni trop près des matériaux combustibles et surtout, gardez les chandelles hors de la portée des enfants. Ces négligences sont la cause de plusieurs incendies.

Avant la saison froide, une inspection et un entretien annuel du système de chauffage principal et d'appoint (à l'huile, au gaz naturel, au propane et au bois) par une personne qualifiée et compétente, assurent l'efficacité du système et vous protègent contre les incendies.

Source : Site Internet de la Ville de Montréal

 

 

Produits inflammables et explosifs

Précautions

  • Ne conservez pas plus de 15 litres de liquides inflammables et combustibles dans un logement dont, au plus, 5 litres de liquides inflammables
  • Gardez les contenants hermétiquement fermés
  • Utilisez uniquement les bidons de plastique homologués pour l'entreposage extérieur
  • N'utilisez jamais de bidons de lave-glace ou autres contenants similaires pour transporter des produits inflammables

Sûreté du Québec

Presentation Site SQ

 

Coordonnees SQ

Les inondations

 

MINUIT 30. LA FAMILLE EST AU LIT.

TOUT À COUP, UN BRUIT SOURD VOUS RÉVEILLE. QUELQUES SECONDES PLUS TARD, L’EAU ARRIVE EN TROMBE ET INONDE VOTRE SOUS-SOL. EN MOINS DE DEUX HEURES, LE NIVEAU D’EAU ATTEINT 30 CM.

 

Pourquoi ça inonde? Est-ce à cause :

  • des pluies diluviennes et des forts vents qui ont fait déborder la rivière de votre voisinage ?
  • de la fonte des neiges ou de la formation d’embâcles qui a fait gonfler le cours d’eau serpentant pas très loin derrière votre maison ?
  • d’un barrage qui a cédé ?

Toutes ces circonstances ont pu provoquer une inondation, car elles ont un effet direct sur les niveaux et les débits des cours d’eau.

Parlez-en aux citoyens de Saint-Jean-sur-Richelieu qui, au printemps 2011, ont vécu le débordement de la rivière Richelieu. Ou encore aux citoyens de la Gaspésie et de la Côte-Nord, victimes des grandes marées de décembre 2010 ou à ceux de Rivière-au-Renard, qui ont vu leurs maisons envahies par l’eau lors des inondations d’août 2007.

Les inondations constituent le sinistre naturel le plus répandu, le plus dévastateur et le plus coûteux au Québec. Elles peuvent survenir en toute saison.

 

Et si ça arrivait près de chez vous ?

pdfConsulter le PDF concernant la prévention pour les inondations(457.17 Ko)

pdfFeuillet inondations et déferlement de vagues Sécurité civile du Québec513.93 Ko

pdfFeuillet réintégration du domicile après une inondation Sécurité civile du Québec374.51 Ko

Les vents violents

18 H. VOUS PRENEZ UN APÉRO DEHORS APRÈS UNE BONNE JOURNÉE DE TRAVAIL.

TOUT À COUP LE CIEL S’ASSOMBRIT, LE VENT SE LÈVE, LES ÉCLAIRS ET LES COUPS DE TONNERRE SE RAPPROCHENT. VOTRE PETIT DOIGT VOUS DIT QUE DES FORTES PLUIES ET DE FORTS VENTS NE SAURONT TARDER. VOUS RETOURNEZ RAPIDEMENT À LA MAISON, SENTANT LE DANGER SE POINTER À L’HORIZON. QUELQUES MINUTES PLUS TARD, MÊME LES GRÊLONS SE METTENT DE LA PARTIE.

 

De plus en plus d’épisodes de vents violents sont recensés au Québec, comme des orages accompagnés de vents puissants. On en dénombre plus d’une centaine par été, surtout dans la grande région de Montréal. Quant aux tornades, habituellement rares au Québec, elles ont frappé récemment quelques régions.

 

Et si ça arrivait près de chez vous ?

pdfConsulter le PDF de prévention pour les vents violents(699.77 Ko)

Les coups de chaleur

 

TRAVAILLER À LA CHALEUR... ATTENTION !
CA PEUT ÊTRE DANGEREUX !


Nous pouvons tous éprouver des problèmes de santé quand survient la saison chaude et plus particulièrement durant une canicule. La chaleur des premiers jours est plus difficile à supporter parce que notre corps a besoin de temps pour s’y habituer. C’est ce qu’on appelle s’acclimater.

Pour les travailleurs, la situation est encore plus difficile. Dans certaines conditions, ils risquent de subir un coup de chaleur mortel.

 

On peut prévenir les coups de chaleur !

Le guide ci-dessous contient un outil qui permet d’évaluer le risque auquel les travailleurs sont exposés lorsqu’ils travaillent à la chaleur. Il propose ensuite une série de mesures à appliquer pour prévenir les coups de chaleur selon le niveau de risque obtenu.
Il traite également des mesures à prendre si un travailleur présente des symptômes ou un des signes de malaises causés par la chaleur.

 

pdfConsulter le PDF de prévention sur les coups de chaleur(6.70 Mo)

Les tremblements de terre

 

13 H 41. VOUS ÊTES AU BUREAU EN PLEINE SÉANCE DE TRAVAIL AVEC DES COLLÈGUES.

TOUT À COUP, VOUS ENTENDEZ UN BRUIT SOURD, SUIVI D’UNE VIBRATION. QUELQUES SECONDES PLUS TARD, LE PLANCHER SEMBLE FAIRE DES VAGUES. DES OBJETS TOMBENT PAR TERRE.


Vous aurez deviné qu’il s’agissait d’un tremblement de terre. Il s’en produit en moyenne plusieurs centaines par année au Québec, mais la plupart causent peu ou pas de dommages.

 


LES RÉGIONS LES PLUS À RISQUES DE SÉISMES

On dénombre trois principales zones à risques :

Charlevoix-Kamouraska : la plus active. Elle longe le fleuve Saint-Laurent, en partie dans les MRC de Charlevoix et Charlevoix-Est, sur la rive-nord, et les MRC de l’Islet et de Kamouraska, sur la rive-sud;

Ouest du Québec : de la vallée de l’Outaouais depuis Montréal jusqu’au Témiscamingue, incluant les Laurentides et l’est de l’Ontario;

Bas-Saint-Laurent : dans l’estuaire du fleuve Saint-laurent, entre la région de la côte-nord et celle du Bas-Saint-Laurent.

Occasionnellement, des tremblements de terre peuvent survenir hors de ces zones, notamment dans toute la moitié du sud du territoire du Québec comprenant le Saguenay–Lac-Saint-Jean, l’estuaire et le golfe du Saint-Laurent.

 

Des conséquences plus ou moins importantes selon la magnitude

Un tremblement de terre majeur, par exemple de magnitude 6,0 à l’échelle de Richter, peut occasionner des glissements de terrain, des incendies, des pannes de courant prolongées ou encore des inondations provoquées par l’obstruction d’un cours d’eau ou la rupture d’un barrage. Les dommages pourraient être plus importants s’il survient dans un milieu urbain densément peuplé.

 

 

Et si ça arrivait près de chez vous ?

pdfConsulter le PDF sur la prévention des tremblements de terre(193.44 Ko)

Herbes à puces et herbes à poux

Herbe a poux et puce

Accidents impliquant des matières dangeureuses

 

C’est l’heure de pointe à Montréal. Vous pestez contre la lenteur du trafic.

Mais vous n’êtes pas au bout de vos peines. Un camion-citerne qui transportait 54 000 litres d’essence s’est renversé il y a près d’une heure, déversant ainsi quelques centaines de litres d’essence. L’autoroute 40 sera fermée dans les deux directions pendant une quinzaine d’heures à cause des dangers d’incendie et d’explosion lors des opérations de nettoyage.

 


Montréal et aucune autre région du Québec ne sont à l’abri d’un accident qui pourrait survenir lors du transport de matières dangereuses par camion, train ou pipeline. Un incident peut aussi survenir dans une entreprise utilisant ou entreposant des matières dangereuses. Lors de ces accidents, le danger pour la santé ou la sécurité de la population dépend principalement de la nature et des quantités de substances transportées ou entreposées.

Dans les faits, tout le territoire habité du Québec peut être touché par un accident impliquant des matières dangereuses. Les zones industrielles des villes peuvent être aussi plus à risques, car on y trouve plusieurs sites d’entreposage de matières dangereuses ou entreprises utilisant ces matières.

 

Et si ça arrivait près de chez vous ?

pdfConsulter le PDF de prévention concernant les matières dangereuses(621.31 Ko)